Discussion:interprété

Une définition du Jargon Français.
Aller à : Navigation, rechercher

Bonsoir,

Se dit d'un langage dont les instructions sont exécutées les unes après les autres, sans compilation, au fur et à mesure qu'on les rencontre lors de l'exécution du programme. Voir aussi compiler, langage.

Une suggestion à propos du texte ci-dessus :

Se dit d'un langage permettant l'élaboration de programmes directement exécutables sans une phase de compilation préalable. Lorsqu'un tel programme s'exécute les instructions sont traduites et exécutées une à une suivant l'ordre imposé par la logique du programme.


christian 22 janvier 2007 à 00:57 (CET)

Ce n'est pas une caractéristique de langage car quasi tous sont "interprétables" (même C) donc cela qualifie plutôt un contexte d'exécution.
sont traduites et exécutées n'est pas ici assez précis (voire explicite)
Je propose: Se dit d'un environnement d'exécution de programme n'impliquant pas de compilation préalable du code source car analyse à la volée ce dernier afin de faire exécuter à un processeur des instructions dont l'effet correspond à ce qu'il exprime
Prochain écueil: melted ice et ses amis, ouch Natmaka 22 janvier 2007 à 01:12 (CET)


Je pense, au contraire qu'il s'agit bien là d'une caractéristique des langages de programmation qui, à ma connaissance ne sont pas tous interprétables. Je pense aussi que cette caractéristique est de nature à orienter les choix en ce qui concerne les développements ou bien hors développement en ce qui concerne l'utilisation que l'on se propose de faire du langage. Par exemple le basic (ou l'équivalent) en premier langage pour la formation d'étudiants débutants en programmation. Car je ne vois pas trop l'intérêt (hormis pour les langages procéduraux et donc l'écriture de petites procédures) d'un langage interprété utilisé dans le cadre d'un développement d'application. Dés qu'il y a automatisation d'un traitement il est toujours possible de raisonner en terme de contexte d'éxécution, de toutes manières un processeur exécutera toujours des instructions en langage machine, que celles-ci soient le résultat d'une compilation, d'un assemblage préalables ou d'une interprétation immédiate. Ne pas être de cet avis reviendrait à se demander si, de par son antériorité (préalable), la phase exécutable (résultat d'une compilation ou d'un assemblage), fait ou ne fait pas partie du contexte au moment de l'exécution d'un pgm, ce qui serait absurde. Le problème posé consiste à (tenter de) définir ce qu'est un langage interprété et non pas définir (essentiellement) en quoi consiste l'interprétation d'un langage bien que cela soit complémentaire. La notion de contexte d'exécution s'applique non pas au langage mais à l'unité de traitement en cours d'exécution, c'est-à-dire le pgm écrit dans ce langage.


Sur ce, je vais aller me coucher !

Cordialement,

christian 22 janvier 2007 à 05:25 (CET)

Quel langage ne serait pas interprétable (plus explicitement: "interdirait la réalisation d'un interpréteur")? S'il en existe un nous définirons "interprété" en éclairant sa/ses caractéristiques interdisant la compilation
Orienter les choix: certes, mais cela concerne les environnements (de développement et d'exécution), donc lorsque l'on dispose d'un environnement interprété (sympa pour les développeurs) et d'un compilateur (performances)... beurre et argent du beurre
Pour le reste il me semble que ce que je propose définit ce qu'est le fait d'interpréter un langage. Je tente de clarifier:
Se dit d'un environnement d'exécution de programme n'impliquant pas de compilation préalable du code source. L'environnement analyse à la volée ce dernier afin de faire exécuter à un processeur des instructions dont l'effet correspond à ce qu'il exprime.
Par extension cela désigne une implantation particulière d'un langage ne fournissant pas de compilateur (on entend par exemple: « le Basic Tartempion version 2 n'est qu'interprété ») Natmaka 22 janvier 2007 à 13:55 (CET)