acyberespace

Une définition du Jargon Français.
Aller à : Navigation, rechercher

nom masculin.  [réseau]. Le néologisme cyberespace a-t-il été bien formé ? Ce terme paraît inapproprié, l’analyse montre qu’il aurait mieux valu le doter d’un préfixe privatif, ce qui aurait donc plutôt donné acyberespace. En effet, à l’expérience nul ne peut maîtriser quoi que ce soit dont la dynamique est plus élevée que ce dont il dispose pour cette maîtrise.

Aussi philosophiquement désagréable que cela puisse être, force est de constater qu’il en est ainsi pour tout ce qui se gouverne, des artefacts ou des êtres vivants, des ensembles de machines ou des communautés humaines. N’est-ce pas pour désigner ce qui a trait au commandement des hommes que André-Marie Ampère avait introduit le terme « cybernétique » ? Norbert Wiener, dans un document fondateur « Control and communication in the animal and the machine » devait confirmer sa définition de la cybernétique comme science formelle du contrôle par rétroaction.

Mais apparemment ce qui est devenu la science des automaticiens n’est guère enseigné de cette façon dans les écoles d’administration des États ou de ménagement des entreprises comme dans bien des écoles d'informatique. On n’y voit guère évaluées de façon formelle les notions de « fréquence propre » d’un phénomène socio-économique, ni de « constante de temps » ou de « fonction de transfert ». À l’évidence les termes « d’amortissement » et de « gain » n’ont pas le même sens dans leurs terminologies habituelles que dans celles des domaines scientifiques du traitement du signal, de la mécanique, de l’électronique, et des automatismes en général.

Pour ce qui est des contenus circulant sur le réseau l'Internet, force est de constater que rien n’est moins "gouverné", ni même "gouvernable". N’est-il pas chaotique, au sens mathématique du terme, et toute sa richesse ne vient-elle pas de ce qui en émerge, pour le meilleur comme pour le pire, « ingouvernable » de par sa très grande dynamique propre ? Il est symptomatique de ce fait que le W3C n’émette que des "recommandations" que l’on est en droit librement d’adopter ou non, et non des "directives" (comme le fait par exemple dans son rôle la commission européenne).

Henry Boccon-Gibod propose donc d'introduire le nouveau terme acyberespace et d'en recommander l'utilisation en lieu et place de l'inapproprié cyberespace.