anglicisme

Une définition du Jargon Français.
Aller à : Navigation, rechercher

nom masculin.  [société]. En informatique, beaucoup de mots sont d'origine anglo-saxonne, de sorte que l'utilisation qui en est faite contient de nombreuses habitudes anglo-saxonnes. On crée ainsi de nombreux termes à la mode anglaise en fabricant un verbe à partir d'un nom, et surtout si ce nom est un nom propre, désignant un programme ou même une marque. On peut donc « ftper », « ARJiser », ou « telnetter », ce qui signifient respectivement « transférer un fichier au moyen du FTP », « compresser des données avec ARJ » et « se connecter à un service distant avec telnet ». D'une manière générale, on n'hésite pas à créer les mots nouveaux jugés nécessaires, à utiliser une francisation du terme anglo-saxon, voire à emprunter ce dernier.

Un ordinateur est avant tout particulièrement stupide et borné, il faut tout lui décrire dans les moindres détails. Par déformation professionnelle, les informaticiens sont donc très précis dans le choix de leurs termes, quitte à agacer quelque peu les gens qui les entourent, en utilisant dix termes différents pour ce qui paraît être des objets identiques. On trouve ainsi des familles de termes où nuances et acceptions ne sont pas toujours claires, surtout d'emblée (« application », « logiciel », « progiciel », « utilitaire », « programme », « software », « intégré », « démon », « moteur » ...). De nombreuses abréviations, locutions, emprunts plus ou moins distordus (et mal prononcés) et formes argotiques (« app », « soft », « usine à gaz », « distro ») rendent l'appropriation plus diffice.

Beaucoup personnifient les machines côtoyées à longueur de journée, ou en traitent comme si des homoncules y vivaient (c'est rehaussé par certains noms de machines : Godzilla, Pupuce, Robert...).

On ne s'étonnera pas d'entendre, par exemple, que Le moteur de ripage est down car ce naze de Godzilla est encore planté !

Att.png Les anglicismes sont dénotés dans le JargonF par la présence du drapeau suivant Dr enus.png.