indentation

Une définition du Jargon Français.
Aller à : Navigation, rechercher
Quelques styles classiques d'indentation de code source.

nom féminin.  [programmation]. Mise en page minimaliste réalisée à l'aide essentiellement de tabulations, afin de rendre un code source (ou tout autre texte) plus lisible, en faisant ressortir la structure du document, en particulier les structures de contrôle d'un programme.

Il existe différents styles d'indentation classiques. En C, il y en a quatre (voir la figure).

K&R
les exemples de l'ouvrage étaient rédigés selon ce mode d'indentation. Ce style est aussi appelé le style « kernel », car le code source du noyau d'Unix y correspond. L'indentation de base est de 8 espaces par niveau, mais on rencontre aussi 4 espaces, ce qui est toutefois nettement moins courant.
Allman
du nom d'Eric Allman, qui a écrit beaucoup d'utilitaires BSD (il est parfois appelé le style « BSD »). Il ressemble à l'indentation du Pascal et de l'ALGOL. L'indentation peut être de 8 ou 4 espaces (en C++ par exemple).
Whitesmiths
popularisé par les exemples du C Whitesmiths, un des tout premiers compilateurs C commerciaux. L'indentation est de 8 caractères, mais on rencontre aussi 4 espaces.
GNU
utilisé par Emacs et le code de la Free Software Foundation. Il y a toujours 4 espaces par niveau, avec les accolades ouvrantes et fermantes à mi-chemin.

Les styles Allman et Whitesmiths restèrent longtemps les plus communs, à égalité. K&R fut universel, mais moins répandu. Ses défenseurs disent pourtant qu'il est bien pratique, permettant de voir d'un seul coup nettement plus de code en économisant l'espace verticalement. Déterminer le meilleur style restera une cause de nombreuses guerres. Ces styles ont été normalisés pour la première fois pour le langage C, mais on retrouve exactement la même chose pour tous les langages structurés dont l'éditeur n'impose pas l'indentation (d'autres langages incorporent un éditeur qui fixe cette indentation, comme le GFA Basic sur les Atari).